Entretiens avec Georges.

Invité à l’honneur lors de l’édition précédente du festival #MboaBD, Georges Pondy fait partie de ces auteurs qui ont donné ses lettres de noblesses à la BD camerounaise. Membre du collectif A3, il répond une fois de plus à l’appel pour célébrer le neuvième art au Cameroun.

Une fois de plus vous faites partie de l’aventure #MboaBD. Comment l’abordez vous ? Nostalgique, impatient ou enthousiaste ?

À la fois impatient et enthousiaste. L’année dernière j’étais invité à l’honneur ce qui fut vraiment un grand honneur pour moi. Cette année je suis à nouveau invité certes pas dans les mêmes conditions mais ça sera encore avec le même plaisir que je vais répondre à l’appel.

Cette année vous présentez votre nouveau bijou, la bd Aurion. Un avant-goût ?

 Pour ceux qui ne savent pas ‘’Aurion l’héritage des Kori Odan’’ est le premier jeu vidéo réalisé par Kiro’o Games depuis 2016, et c’est une aventure à laquelle j’ai participé en tant que directeur artistique. Depuis le début de cette année, cette épopée est adaptée en BD et j’ai encore l’honneur d’être à la baguette. Je ne vais pas vous raconter l’histoire ici mais, je peux vous assurer que les planches réalisées jusqu’ici sont magnifiques que ce soit en noir et blanc ou en couleur…

Quel est selon vous, le rôle du dessinateur de bande dessinée dans une société où la diversité culturelle est souvent perçue comme un problème ?

Je pense que le rôle d’un dessinateur de BD est dans un premier temps de divertir la société dans un contexte où les conditions de vie sont de plus en plus difficiles. Il faut bien que les gens gardent le sourire, des rêves et aussi un peu d’espoir. À coté de ça le bédéiste a aussi le devoir d’éduquer le peuple grâce aux thématiques qu’il aborde à travers ses planches. Au-delà de tout ça il doit aussi promouvoir sa culture, la transmettre aux générations futures et si possible donner son point de vue par rapport à tout ce qui se passe autour de lui

Pensez vous que la bande dessinée camerounaise est à l’image de sa culture ?

Pas vraiment, je pense que la culture camerounaise est tellement riche et tellement diverse que si la BD était à son image on aurait dans toutes les régions du pays des points de rencontre où l’on pourrait parler ou acheter des bd, on aurait plus de manifestations pour la promotion de la bd …

Après OUPS, C.A.T.Y. et maintenant AURION, qu’est ce que Georges Pondy nous réserve dans sa besace magique ?

Je suis entrain de travailler sur les suites de tous ces projets là, et d’autres encore que je ne peux encore nommer ici. Il est clair que ce n’est pas évident car chacun d’eux est très important pour moi et je ne peux me permettre de présenter un travail approximatif à mes fans. Donc j’y vais tout doucement, lentement mais surement …

H.C.T